Atala au tombeau-Girodet

Anne-Louis Girodet
(1767-1824)

Atala au tombeau, dit aussi Funérailles d’Atala
1808
Huile sur toile
Dim 207 x 267 cm
Conservé au Louvre

Girodet passe son enfance dans sa ville natale à Montargis, aussi doué pour le violon que pour le dessin, il choisit la peinture.
1785, il entre dans l’atelier de David
1789, il est lauréat du prix de Rome avec Joseph reconnut par ses frères
1795, retour à Paris
1808, il peint Les funérailles d’Atala 
1813, il participe à la décoration du château de Compiègne où il peint plusieurs fresques murales
1816, il est nommé professeur à l’académie Royale des Beaux Arts
1824, il meurt à Paris

Elève de David, Girodet s’éloigne de la peinture d’Histoire et adopte la peinture romantique.
Pour ce tableau il s’inspire du roman de Chateaubriand paru en 1801 :
Atala ou les amours de deux sauvages dans le désert.
L’histoire se déroule en Amérique au XVIIe. Atala convertie au christianisme, est une jeune indienne  tombée très amoureuse de Chactas.
Pour échapper à Chactas, et respecter la promesse faite à sa mère de rester vierge, Atala s’est empoisonnée.

Girodet n’a pas seulement illustré un extrait du roman de Chateaubriand, il en a synthétisé plusieurs passages.

Présenté au Salon de 1808, le tableau témoigne du renouveau du religieux en France au moment de la signature du Concordat.

Composition

La scène est cadrée sur l’évènement important que Girodet a voulu transcrire.
La facture du dessin est précise.

La pelle au premier plan indique le creusement de la fosse.

Au deuxième plan les personnages sont peints en frise.
Au centre Atala, son corps enveloppé dans un drap blanc, est mise en valeur par une forte lumière. Son visage est calme, ses traits apaisés. Ses mains sont croisées sur son ventre tenant un crucifix. Atala semble dormir.
Celle attitude peut être interprétée comme la paix retrouvée avant la mort.
A gauche, l’indien Chactas, est vêtu d’un pagne rouge, il a les cheveux tressés et porte une boucle d’oreille. Il soulève et serre les pieds d’Atala.
Chactas souffre, ses yeux sont fermés et sa bouche est tordue.
A droite, l’ermite Aubry, . soutient la jeune-femme par les épaules, il est debout les pieds dans la fosse. La lumière éclaire les boucles de sa barbe grise. La capuche de sa robe de bure marron est relevée. L’ermite a le visage baissé en signe de prière.
Chactas et l’ermite Aubry s’apprêtent à enterrer Atala. Chactas occupe la gauche du tableau il est assis courbé sur le corps de la jeune femme dont il enserre amoureusement les pieds. L’ermite ferme la composition à droite du tableau, il est debout et soutient Atala.
Les personnages dessinent une ligne sinueuse qui part à gauche du tableau du dos courbé de Chactas,  passe par le corps allongé d’Atala et se termine dans la verticalité de l’ermite Aubry.
Cette ligne est comme une onde de choc, une onde d’émotion en synergie avec l’atmosphère du tableau.

Au troisième plan, les parois de la grotte ouvrent sur des feuillages et sur la croix de la future tombe.

Le cadre évoque un paysage à la végétation exotique dans lequel la fleur de magnolia du roman de Chateaubriand est remplacée, par du jasmin rouge de Virginie.

Girodet dramatise  son tableau en travaillant la lumière.
Dans cette oeuvre il  traite la lumière en clair-obscur, il joue très fortement sur les contrastes en éclairant le centre de la composition et en laissant les bords dans l’obscurité.
Le rayon lumineux entre par la gauche et le fond du tableau, sa lumière rasante trace une diagonale qui traverse le tableau de la croix à la pelle.
Les couleurs et la clarté sur le corps d’Atala rendent le tableau très vivant.
Est-ce une lumière matinale ou un coucher de soleil?
La mise en terre se faisant à l’aube, ce serait une lumière matinale qui arriverait sur les personnages à travers les feuillages.

Sur la paroi de la grotte est gravé un verset du livre de Job dans la Bible :
« j »ai passé comme la fleur, j’ai séché comme l’herbe des champs ».

 

Analyse

En disposant les personnages en frise, l’oeuvre reprend l’iconographie chrétienne, la mise au tombeau du Christ, traitée entre autres par Titien et Rubens.

Cet amour impossible représente le sacrifice passionné, la lutte entre les valeurs spirituelles de la foi et les valeurs sensuelles de l’amour : parce qu’Atala a fait profession de foi et de virginité et parce qu’elle est amoureuse, elle doit mourir.

Tout dans cette oeuvre n’est qu’intériorisation des sentiments, il n’y a pas d’effet de spectacle. Le tableau diffuse une très grande douleur. Elle est d’autant plus grande qu’elle est muette.

Girodet a le goût de l’innovation tant dans les sujets que dans le style.
Cette oeuvre par sa mélancolie et sa sentimentalité séduit ceux qui lassés par le style néoclassique et par la rigueur de David demeurent attachés au sacré, à la  nature et au sentiment.

La peinture n’a plus pour Girodet de fonction morale ou politique contrairement à David.

L’oeuvre de Girodet se situe à la charnière des deux grands courants artistiques du début du XIXe : la peinture néoclassique et la peinture romantique.

La manière de peindre reste néoclassique : le tableau est lisse et Girodet a multiplié les détails comme les feuillages et les fleurs. Cette recherche idéale selon les canons classiques l’inscrit dans la lignée des peintres néoclassiques davidiens dont il est avec Antoine-Jean Gros, François Gérard et Jean-Auguste Ingres l’un des principaux représentants
Et, en même temps,  le tableau comporte des éléments caractéristiques du romantisme : le choix du thème, la lumière irréelle, la grâce et la poésie.

En 1808 Girodet en peinture et Chateaubriand en littérature personnifient les débuts du mouvement que l’on nommera le Romantisme

 

ELEVATION

elevation

 

 

 

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l’onde,
Tu sillonnes gaiement l’immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides;
Va te purifier dans l’air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l’existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse
S’élancer vers les champs lumineux et sereins;

Celui dont les pensées, comme les alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes!

                                               Baudelaire: Les Fleurs de mal, III